Alain Bosquet, un homme de revues
Le 25/09/2019 à 12h53 par Les Collections
Résumé

À la fois poète, romancier, essayiste, journaliste et critique littéraire, Alain Bosquet (1919-1998) fut aussi un homme de revue.  Partout où le mena son destin, il créa des revues : Belgique, États-Unis, Allemagne et France.  Le centième anniversaire de sa naissance est l'occasion de revenir sur ce parcours. 

 

Chassé de l'Ukraine par la guerre civile, Anatole Bisk et ses parents s'installent en Belgique en 1925. Il y étudie la philologie romane à l'Université libre de Bruxelles. C'est là qu'il crée, sous le  nom d'Anatole Bisque, sa première revue littéraire, avec José-André Latour. Elle s'intitule Pilône.  Quatre numéros paraîtront entre janvier et avril 1939.

 

Mobilisé en 1940, il intègre l'armée belge, puis l'armée française avant de partir pour les États-Unis. Arrivé à New York, on lui confie le secrétariat de rédaction du journal gaulliste La Voix de la France. En parallèle, il crée avec Yvan Goll une revue franco-américaine de poésie, Hémisphères.  En 1943, il s'engage dans l'armée américaine et se retrouve, à Londres, associé aux préparatifs du débarquement. En juin 1944, il fera partie des premiers soldats foulant le sol normand pour sa libération.

 

 

Hémisphères n°1, 1943
Fonds Fondation Robert Ardouvin / IMEC

 

Après la guerre, il devient fonctionnaire du Conseil de contrôle miltaire à Berlin.  C'est là, en 1947 qu'il crée une revue en allemand, Das Lot, qui paraîtra jusqu'en 1952.  Cette revue acquit une importance significative pour les lettres allemandes d'après-guerre.

 

Das Lot n°1-3, 1947-1948
Fonds Alain Bosquet / IMEC

 

 

De retour à Paris, il crée en 1952 avec Édouard Roditi le seul numéro de la revue de poésie Exils qui comprend des poèmes de Federico Garcia Lorca, Rainer Maria Rilke ainsi que des textes de Jean Paulhan, Henri Michaux ... La même année il traduit en français les textes de la revue Profils, périodique publiant des auteurs américains décliné en plusieurs éditions de langues différentes.

 

 

Exils n°1, 1952. - Fonds Alain Bosquet / IMEC
Profils n°1, 1952. - Fonds Fondation Robert Ardouvin / IMEC

 

En 1954, il fonde Planètes qui ne comptera que deux numéros.

 

 

Planètes n°1, 1954
Fonds Alain Bosquet / IMEC

 

 

De 1959 à 1970, il dirige avec Roland Busselen un premier périodique intitulé L'VII  (34 numéros) puis, de 1970 à 1973 un second titré B + B : un journal privé au 20ème siècle (6 numéros).

 

 

 

L'VII n°11,1962. - Fonds Jean Follain / IMEC
B + B : un journal privé au 20ème siècle n°2, 1971. - Fonds IMEC

 

De 1981 à 1995, il dirige avec Michel Luneau la revue de littérature internationale Nota Bene (49 numéros), puis les Cahiers irréguliers de poésie de 1995 à 1996 (2 numéros).

 

Alain Bosquet meurt à Paris en 1998.

 

 

Article d'Isabelle Pacaud

 

Références

 

Voir le fonds Alain Bosquet à l'IMEC

Voir le fonds Édouard Roditi à l'IMEC

Voir le catalogue de la bibliothèque de l'IMEC

 

 

 

 

 

Mots clés : 
Partagez cet article
Commentaires

Seuls les utilisateurs identifiés peuvent laisser un commentaire.

Me connecter à mon compte

Billets proches
Le 13/03/2019 par Les Collections
Le 20/06/2019 par Les Collections
Le 10/07/2019 par Les Collections
Le 07/10/2019 par Les Collections