/medias/customer_166/MEDIAS_INTERNET/vignettes_fonds/BOD_jpg_/0_0.jpg
Accéder au visualiseur des médias : 1 média

Boudot, Pierre

  • Cote :

    735BOD

  • Description physique :

    Importance matérielle : 5 boîtes d'archives ; 1 boîte d'imprimé

  • Producteur de l'archive : Boudot, Pierre
  • Biographie ou historique :

    Pierre Boudot obtient en 1955 son diplôme d'études supérieures à la Sorbonne, avec un mémoire sur L'inquiétude existentielle et ses solutions sous la direction de Jean Wahl, dont il épousera la nièce en 1960. Il part alors pour Heidelberg, où il étudie Nietzsche avec le professeur Löwith.  Il s'entretient avec Heisenberg, avec Jaspers et Heidegger. Son service militaire de 27 mois, dont 14 en Algérie, n'interrompt pas sa recherche philosophique : il travaille à la traduction de l'Autobiographie philosophique de Karl Jaspers, et à un texte sur Nietzsche qui sera publié en mars 1963 dans la revue Les Temps Modernes. Il publiera son journal en 1961 sous le titre L'Algérie mal Enchaînée (Gallimard). Il collabore au journal Démocratie 61, mais le quitte lorsqu'on censure un de ses articles. Il soutient à la Sorbonne en 1963 sa thèse de 3e cycle : Nietzsche et l'au-delà de la liberté ou Nietzsche et les écrivains français de 1930 à 1960. Il publie deux romans, La Matasse en 1966 et Le Cochon Sauvage en 1968 et écrit pour la radio une pièce de théâtre, Douceur, ou La Passion selon Yahvé.

    Axant sa pédagogie sur les problèmes de la création, de la communication et du langage, il enseigne Platon, Spinoza, Nietzsche, Schopenhauer, Héraclite et même Thérèse d'Avila, Virginia Woolf et saint Augustin. Par ailleurs, il continue à écrire et publier, romans, essais et pièces de théâtre. Il donne des conférences, travaille aussi à Radio-France, participant à des émissions ou en produisant, notamment Panorama du livre de philosophie ; chroniqueur littéraire à France-Culture, il écrit souvent dans La Quinzaine Littéraire et Le Magazine Littéraire.

    Ses travaux sur Nietzsche lui ont valu d'être lauréat de l'Académie française et de recevoir le prix de la Société internationale d'études nietzschéennes. Son livre sur Thérèse d'Avila et la mystique a également été couronné par l'Académie et son roman Les Sept Danses du tétras a reçu un prix de la Communauté radiophonique internationale de langue française.

  • Modalités d'entrée :

    Fonds entré en 2016.

  • Présentation du contenu :

    Le fonds comprend, outre ses livres publiés, les manuscrits et dactylogrammes de son œuvre : travaux universitaires; romans, recueils de poèmes, pièces de théâtre, essais, autobiographies et traductions ; articles sur Nietzsche, la philosophie, la religion ; et quelques inédits (poèmes, autobiographie) ainsi qu'un ensemble documentaire biographique
    Dans sa correspondance reçue figurent des lettres du père Jean-Marie Carré, de Marcel Arland, Yves Berger, Yvon Belaval, Jean Bernard, Geneviève Bianquis, Andrée Chedid, André Chamson, René Clair, Georges-Emmanuel Clancier, Oliver Debré, Maurice Druon, Alain Finkelkraut, Maurice de Gandillac, Georges-Arthur Goldschmidt, Henri Gouhier, Jean Guitton, Jean-Edern Hallier, Léon Hamon, Vladimir Jankélévitch, Karl Jaspers, Pierre Jean Jouve, Jacques Lemarchand, André Malraux, Gabriel Marcel, Albert Memmi, Robert Morel, Bernard Noel, Jean d'Ormesson, Michel Onfray, Léon Poliakov, Jean Wahl, Simone Veil (la ministre), Louise Weiss, etc.
    Tous les colloques qu'il a organisés en Sorbonne de 1994 à 1998 sont également présents sous forme de dossiers préparatoires.

  • Condition(s) d'accès :

    Communicable

  • Relation(s) avec d'autres fonds ou documents :

    Fonds Jean Wahl.

  • Mots-clés