/medias/customer_166/MEDIAS_INTERNET/vignettes_fonds/VLD_jpg_/0_0.jpg
Accéder au visualiseur des médias : 1 média

Vildrac, Charles (1882-1971)

  • Cote :

    675VLD/1 - 675VLD/32

  • Description physique : 31 boîtes d'archives ; 1 boîte d'imprimé

  • Producteur de l'archive : Vildrac, Charles
  • Biographie ou historique :

    Charles Vildrac, né Messager en 1882, est le fils d'un ancien Communard et d'une institutrice. Il fonde, avec ses amis René Arcos, Georges Duhamel, Albert Gleizes, Lucien Linar et Jacques d'Otémar, le groupe de l'Abbaye de Créteil en 1905. Dans cette coopérative, tous travaillent ensemble : de l'écriture et l'illustration à l'édition, ils sont unis par une même conception libertaire de la vie intellectuelle et artistique.
    Choisissant le pseudonyme de Vildrac (« Wildrake » est un héros de Walter Scott), il publie en 1907 son premier recueil, Images et Mirages, imprimé à l'Abbaye de Créteil, puis en 1910, Livre d'amour, qui rencontre un vrai succès d'estime parmi l'avant-garde littéraire. Avec sa femme, Rose, sœur de Georges Duhamel, il ouvre la première galerie d'art de la Rive gauche, au 11, rue de Seine, où il expose des peintres contemporains, comme Friesz, Vlaminck, Camoin, Marquet, Luce, Lebasque, Dufresne, Signac. La galerie ferme en 1930, victime de son idéalisme et de la crise économique.
    Au lendemain de la Grande Guerre, qu'il accomplit en tant que brancardier non armé, il publie Chants du désespéré (1920). Puis, il se tourne vers le théâtre : Le Paquebot Tenacity (1920) est monté par Copeau ; Madame Béliard (1925) par Jouvet ; L'Indigent (1927) par Pitoëff. Il s'intéresse aussi à la littérature pour enfants et signe plusieurs romans, dont L'Île rose (1924), La Colonie (1930), Les Lunettes du lion (1932), toujours lus de nos jours. Il fait également de grands voyages : Tchécoslovaquie en 1921, Japon en 1926, Russie en 1929 et 1935.
    Pendant la Seconde guerre mondiale, Vildrac participe à la résistance littéraire sous le nom de « Robert Barade » : il est d'ailleurs arrêté en 1943 par la Gestapo et emprisonné à Fresnes. Des années plus tard, toujours fidèle à son esprit libertaire, l'écrivain signe en 1960 le « Manifeste des 121 ». Devenu veuf, il épouse en 1970 sa traductrice en italien, Suzanne Rochat, et meurt l'année suivante à Saint-Tropez.

  • Modalités d'entrée :

    Fonds entré en 2015.

  • Présentation du contenu :

    Les archives de Charles Vildrac contiennent les manuscrits et dactylogrammes de ses œuvres poésie, théâtre, nouvelles, textes pour la jeunesse, conférences, des dossiers de presse et les nombreuses lettres qu'il reçut. Des documents biographiques, en particulier sur l'Abbaye de Créteil, ainsi que des photographies, complètent le fonds.

  • Condition(s) d'accès :

    Communicable

  • Relation(s) avec d'autres fonds ou documents :

    Collection Vasseur,

    Fonds Jean-José Marchand,

    Groupe de documents Joan Halperin,

    Fonds Ludmila Savitzky,

    Fonds Jean Follain,

    Fonds Jacques Lemarchand,

    Fonds Louis Martin-Chauffier,

    Fonds Pierre Minet,

    Fonds Jean Paulhan.

  • Mots-clés