/medias/customer_166/MEDIAS_INTERNET/vignettes_fonds/CTK_Chertok_jpg_/0_0.jpg /img/picture-pdf.svg
Accéder au visualiseur des médias : 2 médias

Chertok, Léon (1911-1991)

  • Cote :

    846CTK/1 - 846CTK/89

  • Date(s) :

    1950-1991

  • Description physique : 89 boîtes d'archives, 33 boîtes d'imprimés

  • Producteur de l'archive : Chertok, Léon
  • Biographie ou historique :

    Né en 1911 près de Vilnius, en Lituanie, alors province de l'Empire russe, Léon Chertok, figure marquante de la psychiatrie contemporaine, est le grand initiateur en France de la redécouverte et de la réhabilitation de l'hypnose thérapeutique à partir des années 1960. Depuis la fin du XIXe siècle, et malgré l'intérêt manifesté par Charcot, Janet et Freud pour cette pratique, celle-ci était tombée en désuétude, amalgamée à la parapsychologie ou au spiritisme. Sa résurgence, notamment à travers la création par Léon Chertok du Laboratoire d'hypnose expérimentale à Paris, en 1971, a provoqué de vives contestations, encore perceptibles de nos jours, au sein de l'institution médicale et psychanalytique. Si sa pratique a été aujourd'hui adoptée par de nombreux thérapeutes, la question théorique posée par l'hypnose, que Léon Chertok, en penseur pragmatique et rationnel, n'a nullement cherché à élucider, identifiant sa cause à un « non-savoir ».
    Formé d'abord à la médecine à Prague où il obtient son doctorat en 1938, Léon Chertok est contraint, l'année suivante, lors de l'invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes allemandes, à se réfugier en France. Membre du groupe Solidarité émanant du parti communiste dont il est proche, puis du Mouvement national contre le racisme, il participe au sauvetage de nombreuses familles juives avant que l'Occupation ne le conduise à entrer dans la Résistance où il fonde la revue clandestine, Combat médical . Après-guerre, il effectue un long stage à l'hôpital de Mount Sinaï à New York, puis, de retour en France, crée en 1950 à Villejuif, avec Victor Gachkel, un centre de médecine psychosomatique dont il est l'une des figures pionnières en France. Il se fait à la même époque hypnotiser par le grand maître de cette pratique aux États-Unis, Milton Erickson, puis renouvelle l'expérience en Allemagne. Tout en s'intéressant de près à la question du magnétisme animal et aux travaux de Mesmer, il poursuit une formation de psychiatre et de psychanalyse, se fait analyser durant six ans par Jacques Lacan et suit les cours de Francis Pasche. En 1957, il participe à la création du centre de médecine psychosomatique avec Michel Sapir et Pierre Aboulker et donne deux ans plus tard sa première conférence sur l'hypnose devant des psychanalystes au sein de la société « L'Évolution psychiatrique », dirigée par Henri Ey.
    La contestation qu'il rencontre cependant auprès de certains psychanalystes et le refus de la Société psychanalytique de Paris de lui accorder le statut d'analyste, l'incitent, dans les années 1970 et 1980, à se tourner davantage vers les milieux internationaux de la psychiatrie, notamment russe, et à nouer des liens avec des philosophes, psychologues, éthologues et scientifiques de diverses disciplines tels que Isabelle Stengers, Michel Henry, Tobie Nathan, Rémy Chauvin ou François Roustang dont les travaux sur l'hypnose s'inscrivent dans la continuité des recherches qu'il aura ouvertes.
    Longtemps directeur de l'Institut de psychiatrie La Rochefoucauld, auteur d'innombrables ouvrages et articles sur l'hypnose, réalisateur de plusieurs films médicaux sur ce qui aura été le sujet de sa vie, Léon Chertok, que Serge Moscovici décrivait comme un « hérétique flamboyant, jouant d'une incontestable séduction », était doté d'une forte personnalité qui a fait également de lui, dès 1965, un grand organisateur et animateur de congrès internationaux, notamment celui sur l'Inconscient à Tbilissi en 1979, première rencontre évoquant ouvertement la psychanalyse en Union soviétique. Il décède à Deauville, en juillet 1991.

     

     

  • Modalités d'entrée :

    Fonds entré en septembre 2017.

  • Présentation du contenu :

    Les archives du fonds Léon Chertok confié à l'Imec comportent des manuscrits de ses ouvrages et articles, des dossiers thématiques sur les sujets de ses recherches, des études de cas, une documentation sur les grands congrès consacrés à l'hypnose et une correspondance considérable avec l'ensemble du monde médical et intellectuel de son temps, que ce soit en France ou à l'étranger (et plus spécifiquement avec la Russie). S'y ajoutent des dossiers de presse, des revues internationales de psychiatrie et psychanalyse et une bibliothèque personnelle spécialisée sur l'hypnose, comprenant notamment d'anciennes éditions des ouvrages de Mesmer et Puységur.

  • Mode classement :

    Le mode d'organisation de ses dossiers par Léon Chertok était le suivant : La série "LC" correspond à ses articles publiés, la série "D" à ses dossiers de travail, et la série "TP", aux tirés à part et articles de référence conservés. Cette partie du fonds correspond à l'organisation des archives courantes et intermédiaires de Léon Chertok, cotées de façon à être immédiatement trouvables, utilisables. Cependant, une grande partie du fonds n'était pas cotée, il s'agit notamment des fichiers bibliographiques et thématiques, de la correspondance, des quelques dossiers de patients.

    La réorganisation du fonds en archives définitives conserve la trace du mode d'organisation de Léon Chertok par l'indication d'une cote d'origine, chaque fois qu'elle existe. Les dossiers sont conservés et décrits tels qu'ils ont été constitués par Léon Chertok.

     

     

  • Condition(s) d'accès :

    Fonds en cours de traitement.

    NC Provisoirement

  • Langue et écriture des documents : Français, anglais, allemand, espagnol, italien, polonais, russe, tchèque

  • Bibliographie :
    • L'Hypnose : les problèmes théoriques et pratiques, la technique / Léon Chertok, préface de Henry Ey. - Édition remaniée et augmentée. - Paris : Payot, 1989 (Collection "Petite bibliothèque Payot", 10)
    • Mémoires d'un hérétique / Léon Chertok ; [propos recueillis par] Isabelle Stengers et Didier Gille
  • Organisme : Institut Mémoires de l'édition contemporaine (IMEC)
  • Mots-clés