/medias/customer_166/MEDIAS_INTERNET/vignettes_fonds/BRI1_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_166/MEDIAS_INTERNET/vignettes_fonds/BRI2_jpg_/0_0.jpg /medias/customer_166/MEDIAS_INTERNET/vignettes_fonds/BRI3_jpg_/0_0.jpg
Accéder au visualiseur des médias : 3 médias

Famille Sarcey-Brisson

  • Cote :

    150BRI/1 - 150BRI/

  • Date(s) :

    1853-1997

  • Description physique :

    Importance matérielle : 64,7 ml

  • Producteur de l'archive : Famille Brisson. Famille Sarcey.
  • Biographie ou historique :

    Premier représentant d'une famille vouée au journalisme, Francisque Sarcey (1827-1899) fut l'un des critiques dramatiques les plus influents de la deuxième moitié du XIXe siècle. Sa fille Madeleine épousa Adolphe Brisson, co-fondateur avec Jules Brisson, son père, de la revue Les Annales politiques et littéraires en 1883. Elle participa activement à la vie du journal en signant des chroniques du nom d'Yvonne Sarcey ou de Cousine Yvonne'. Elle fut l'animatrice de L'Université des Annales , cycle de conférences fondé en 1905, la fondatrice de l'Hôpital des Annales en 1914, puis de l'association Les Maisons claires en 1919. Madeleine et Adolphe Brisson furent parents de quatre enfants, dont Pierre Brisson (1896-1964). Pierre Brisson fut, comme son grand-père, un critique dramatique influent au journal Le Temps . Il fut également secrétaire de rédaction aux Annales politiques et littéraires de 1919 à 1934 avant de devenir directeur littéraire puis directeur de rédaction au journal Le Figaro , de 1934 à 1942. À la Libération, suite à une décision de justice, il devint le directeur du Figaro de 1944 à 1964. Son épouse, Yolande Laffon, fut actrice au cinéma et au théâtre. Leur fils Jean-François Brisson fut d'abord champion et recordman de France d'athlétisme (110 m. haies), avant de devenir lui aussi journaliste et de travailler au Figaro jusqu'en 1976.

  • Historique de la conservation :

    L'ensemble des archives « Famille Sarcey-Brisson » sont des archives familiales et professionnelles qui se sont constituées et transmises au fil des générations, depuis Francisque Sarcey (1827-1899) et Adolphe Brisson (1860-1925) jusqu'à Jean-François Brisson (1918-2010), représentant de la quatrième génération de journalistes de la famille qui a effectué le dépôt de l'ensemble dà l'Institut Mémoires de l'édition contemporaine.

  • Modalités d'entrée :

    Entrée du fonds en 1999.

  • Présentation du contenu :

    Le fonds comporte les archives familiales et professionnelles de :

    • Sarcey, Francisque (1827-1899).

    Né à Dourdan le 8 octobre 1827, fut élève à l'École normale supérieure entre 1848 et 1851, dans la même promotion qu'Hippolyte Taine et Edmond About. Il se consacra ensuite à l'enseignement, carrière qu'il abandonna en octobre 1858 pour se lancer dans le journalisme. Entré au journal Le Temps en 1867 , il y tint le feuilleton dramatique jusqu'à sa mort. Partisan d'une critique d'opinion d'un "bon sens" revendiqué et tenant d'une tradition théâtrale conservatrice, son goût le porta à ignorer les innovations théâtrales de son époque pour leur préférer soit un théâtre classique, soit un théâtre de divertissement. Surnommé "Notre oncle à tous", pourvu de nombreux détracteurs, objet de caricatures multiples, il s'imposa, au fil de Quarante ans de théâtre, comme l'un des critiques dramatiques les plus influents de la deuxième moitié du XIXe siècle. 

    • Brisson, Adolphe (1860-1925).

    Critique dramatique au journal Le Temps , comme Francisque Sarcey, il est le fils de Jules Brisson (1828-1902), lui-même journaliste à La Tribune de la Gironde et au journal Le Siècle. Ensemble, père et fils fondèrent en 1883 la revue Les Annales politiques et littéraires et Adolphe Brisson en prit la direction en 1902. Il épousa Madeleine Sarcey, fille de Francisque Sarcey, en 1889. Madeleine Brisson collabora activement à la vie de la revue auprès de son mari. Adolphe Brisson fut également conférencier, notamment pour L'Université des Annales et écrivain. Adolphe et Madeleine Brisson furent les parents de Pierre Brisson, directeur du Figaro et de trois filles : Anne-Marie Ginisty, Émilie Dauphin (surnommée « Lilie » et signait « Liliane Dauphin-Sarcey ») et Françoise Rouchaud (surnommée « Dédée »). ll est décédé en 1925.

    Pseudonyme : « Le Bonhomme Chrysale ».

    • Brisson, Madeleine (1869-1950).

    Fille de Francisque Sarcey et de « Madame Doge » (surnommée « Liebe » ou « Malibé »), elle dirigea Les Annales politiques et littéraires avec son mari, Adolphe Brisson et y publia des chroniques sous le nom d'Yvonne Sarcey ou de "Cousine Yvonne".

    En 1905, elle imagina et prit la direction de L'Université des Annales, cycles de conférences données par des personnalités des lettres, des arts et de la politique dont les textes sont ensuite publiés dans le Journal de l'Université des Annales puis dans Conferencia, qui paraissaient en alternance avec Les Annales politiques et littéraires.

    Lors de la Première guerre mondiale, elle fut à l'initiative de la création de L'Hôpital des Annales, organisation caritative fondée pour venir en aide aux soldats blessés puis, en 1919, de la création des Maisons claires (1917-1968), organisation caritative fondée pour secourir les enfants pauvres des soldats et par la suite, les enfants en situation précaire ou de santé fragile signalés à son attention. 

    Adolphe et Madeleine Brisson furent les parents de Pierre Brisson et de trois filles : Anne-Marie Ginisty, Émilie Dauphin (qui était surnommée « Lilie » et signait « Liliane Dauphin-Sarcey ») et Françoise Rouchaud (surnommée « Dédée »).

    • Brisson, Pierre (1896-1964).

    Petit-fils du célèbre critique dramatique Francisque Sarcey (qui succéda à Sainte-Beuve au journal Le Temps), fils d'Adolphe Brisson et de Madeleine Sarcey (animateurs des Annales politiques et littéraires et de L'Université des Annales), Pierre Brisson, né en 1896, s'inscrivit dans la tradition familiale, assurant à son tour la critique dramatique au Temps de 1923 à 1934 et exerçant une autorité considérable sur la vie théâtrale française. Directeur des Annales de 1925 à 1934, il devint directeur du Figaro en 1934 et s'entoura de collaborateurs comme François Mauriac, Paul Morand, André Maurois ou Jean Giraudoux. Directeur du journal jusqu'à sa mort, en 1964, il fit du Figaro l'un des plus grands quotidiens français. Pierre Brisson publia également de nombreux essais consacrés au théâtre, Au hasard des soirées (1935), Molière, sa vie dans ses œuvres (1941), Le Théâtre des Années folles (1943), Les Deux Visages de Racine (1944) et Propos de théâtre (1957), des mémoires, Vingt ans de Figaro 1938-1958 (1959), ainsi que plusieurs récits et romans : Le Lierre (1950), Sycorax (1952), Les Lunettes vertes (1953) et Doublecœur (1957).

    • Laffon, Yolande (1895-1992).

    Actrice, née en 1895, elle débuta au théâtre dès 1912. En 1921, Sacha Guitry lui offrit un rôle dans sa pièce Le Comédien et en 1924, elle commenca une collaboration sous la direction de Louis Jouvet, dans la pièce Malborough s'en va en guerre de Marcel Achard. Louis Jouvet la dirigea à nouveau dans quatre mises en scènes, notamment dans Amphitryon 38 de Jean Giraudoux (1934) ou dans Les Bonnes de Jean Genet (1947). Yolande Laffon a également joué dans des mises en scènes de Lugné-Poe et de Marcel Herrand.

    Au cinéma, elle tourna une trentaine de films entre 1930 et 1956, notamment sous la direction de Maurice Tourneur dans Le Voleur (1933) ou dans Impasse des deux anges (1948), Anatole Litvak dans Mayerling (1936), Abel Gance dans Un grand amour de Beethoven (1937), Robert Bresson dans Les Anges du péché (1943) ou Claude Autant-Lara dans Les Sept péchés capitaux (1951). Yolande Laffon fut l'épouse de Pierre Brisson et la mère de Jean-François Brisson. Elle est décédée en 1992.

    • Brisson, Jean-François (1918-2010).

    Jean-François Brisson, né en 1918, fils de Pierre et Yolande Brisson, fut d'abord champion et recordman de France d'athlétisme (110 m. haies) plusieurs années consécutives, entre 1939 et 1948. Il entra au Figaro en 1945, à la rubriques des sports, puis comme rédacteur en chef et directeur adjoint, devenant ainsi le représentant de la quatrième génération de la famille Sarcey-Brisson à se consacrer au journalisme.

    En 1950, il participa à la création de l'Association nationale pour la défense et le développement du sport, des activités physiques et du plein air, devenue par la suite le Comité Pierre-de-Coubertin, dont le but est de favoriser "la défense du Sport, considéré comme outil de perfectionnement humain", avec pour but "d'obtenir de l'opinion et des pouvoirs publics l'adhésion à toutes mesures propres à favoriser l'Éducation Physique et Sportive et des Activités de Plein Air, prises comme facteurs de Progrès et éléments de la Culture" (source : http://www.comitecoubertin.fr/). Jean-François Brisson fut également à l'origine, en 1958, de la création de l'épreuve du décathlon moderne.

    En désaccord avec Robert Hersant, nouveau propriétaire du Figaro, il en démissionna en 1976 et se consacra dès lors à des activités en faveur du sport auprès de l'Unesco et du Comité national olympique. Il est décédé en 2010.

     

    De par les activités et fonctions de ses membres, le fonds contient des archives de la revue ou du journal :

    • Les Annales politiques et littéraires (1883-1971).

    Le 22 avril 1883, Jules Brisson (1828-1902) créa, à l'instigation de son fils Adolphe Brisson (1860-1925) qui allait en devenir le principal animateur, un recueil hebdomadaire, Les Annales politiques et littéraires. La revue, constituée de textes signés de noms prestigieux du milieu littéraire, de commentaires et de chroniques rédigés par Yvonne Sarcey (un des pseudonymes de Madeleine Brisson, fille du critique Francisque Sarcey et épouse d'Adolphe Brisson), trouva très vite son public : la petite et moyenne bourgeoisie de province. En 1917, Les Annales politiques et littéraires tiraient à près de deux cent mille exemplaires.

    En 1905, Yvonne Sarcey fonda L'Université des Annales qui, par la qualité de ses conférences, ajouta beaucoup au renom des Annales. Les conférences furent publiées chaque semaine à partir de 1907 dans le Journal de l'Université des Annales, considéré comme une 'deuxième série des Annales politiques et littéraires'. La publication devint bi-mensuelle, prit le titre de Conferencia en décembre 1919 et parut en alternance avec Les Annales politiques et littéraires.

    Pierre Brisson, futur directeur du Figaro, entra aux Annales en 1919 aux côtés d'Adolphe, son père, en qualité de secrétaire de rédaction. À la mort de celui-ci, en 1925, il en prit la direction jusqu'en 1934. De 1934 à 1940, la direction de la revue fut assurée par Gérard Bauer. Après quatre ans de silence, Madeleine Brisson relança seule, en 1945, le cycle de conférences de L'Université des Annales. À partir de 1947, Francis Ambrière assura l'organisation des conférences et la parution de la revue sous le titre Les Annales. Conferencia : revue mensuelle des lettres françaises. La publication cessa en 1971 et en 1972, les conférences furent reprises par Le Figaro sous le titre de Les Conférences du Figaro.

    • Le Figaro (1914-1976).
  • Accroissement :

    Fonds clos.

  • Condition(s) d'accès :

    Communicable

  • Langue et écriture des documents : Sauf précision, les documents sont en français.

  • Bibliographie :
    • Souvenirs de jeunesse / Francisque Sarcey. - Paris : P. Olendorff, 1885.
    • Vingt ans de Figaro / Pierre Brisson. - Paris : Gallimard, 1959.
    • Adolphe Brisson / Pierre Brisson. - Paris : Gallimard, 1962.
    • Fils de quelqu'un : Pierre Brisson et les trente glorieuses du Figaro / Jean-François Brisson. - Paris : Éd. de Fallois,1989.
    • Le Figaro, deux siècles d'histoire / Claire Blandin. - Paris : A. Colin, 2007.

     

  • Organisme : Institut Mémoires de l'édition contemporaine (IMEC)
  • Mots-clés