Poèmes extraits de Compassion des pierres

  • Cote :

    547KHG/7/11 - 547KHG/7/14

  • Date(s) :

    2002-2003

  • Description physique :

    Importance matérielle : 4 dossiers

    Genre/Carac. phys. : Tirés à part, textes dactylographiés

  • Présentation du contenu :

    547KHG/7/11

    Traduction anglaise par Marilyn Hacker : «Les mots je le sais maintenant...» ( Poetry London , Summer 2002) ; «Les mots , vol aveugle dans les ténèbres...», «D'où viennent les mots?...», «Comment trouver le nom du pêcheur qui fera le premier mot...», «L'homme prudent accrochait sa famille à sa ceinture...», «Le langage en ce temps-là faisait feu de tout bruit...» et «Que savons-nous des alphabets...» ( Gobshite Quaeterly , sans date) ; «Les mots je le sais maintenant...» ( Gobshite Quarterly , Isse 4/5, Best Gob , sans date) ; «D'où viennent les mots?...» (sans date).

    547KHG/7/12

    Traduction anglaise par Hélène Brunerie et Paul Currah (2002) : «Deux lunes...» ; «Personne à qui parler dans le miroir...» ; «La mariée agitera ses poignets jusqu'au crépuscule...» ; «La Nuit sans sommeil pour la femme qui reçoit l'obscurité...» ; «Soulever le couvercle de la marmite...» ; «Elle vient vers elle-même quand marche le miroir...» ; «Un vent pauvre lui tient tête dans l'âtre...» ; «Elle ouvre au porteur de bonne nouvelle...» ; «Sa conviction que la mort sortira du miroir...» ; «Malaise de la femme face à la ville...».

    547KHG/7/13

    Traduction anglaise du recueil sans mention d'auteur et sans date.

    547KHG/7/14

    Traduction suédoise par Stenarnas Madkänsla : «Les mots je le sais maintenant...» ( Karavan n°4, 2003).