Toutes les ressources 90 669 résultats (13ms)

/medias/customer_166/MEDIAS_INTERNET/x_expos/EXP_Surrealisme/EXP_09996_20140530_jpg_/0_0.jpg
2 médias

Jorge Camacho

1969  

Jorge Camacho (1934-2011) est un des derniers peintres importants du groupe surréaliste actif à Paris. André Breton lui a consacré un texte repris dans Le surréalisme et la peinture : "Brousse au devant de Camacho" (12 avril 1964).

/medias/customer_166/MEDIAS_INTERNET/x_expos/EXP_Surrealisme/EXP_10018_20140530_jpg_/0_0.jpg
1 média

Léonie Auboy d'Ashby

1947  

L'autel réalisé par André Breton pour l'exposition internationale de 1947 (Galerie Maeght) conçue par ses soins avec l'aide de Marcel Duchamp entend fonder le mythe de ce personnage féminin mystérieux qui apparaît dans le poème « Dévotion », parmi les ultimes Illuminations d'Arthur Rimbaud : «  A ma soeur Léonie Aubois d'Ashby. Baou - l'herbe d'été bourdonnante et puante. - Pour la fièvre des mères et des enfants ».

/medias/customer_166/MEDIAS_INTERNET/x_expos/EXP_Surrealisme/LSF110_7_1_0001_jpg_/0_0.jpg
1 média

La Poésie

 

Ce mot de poésie recouvre un malentendu, puisque les surréalistes ne l'employaient pas dans son sens banal, mais l'élargissaient bien au-delà de la question du poème. Même si la poésie peut à l'occasion circuler dans l'écriture, ce n'est pas son milieu électif ou exclusif, parce qu'elle a immédiatement affaire au plus vivant, comme le souligne ce texte de Claude Courtot.« Il m'importe avant tout qu'on me raconte avec force détails des récits que je n'aurais jamais imaginés, des histoires qui n'ont absolument aucune chance de m'arriver, dont je ne pourrai tirer aucun enseignement, des aventures délibérément dépourvues de toute efficience. Relater par exemple quelque épisode intime, d'ordre strictement privé, divulguer un secret capital à moi seul confié ou tenir le journal de mon dernier rhume de cerveau. Rien que le périssable, le précaire, le fugitif comme les irremplaçables battements de pouls. C'est effrayant de penser qu'on se précipite vers la mort à 4800 pulsations à l'heure et qu'on ne peut pas freiner. » (Claude Courtot, « Cryptogramme », 1970, in Carrefour des errances, E. Losfeld, 1971).