Missions à l'étranger

 

À partir de quelques dossiers constitués par Jacques Derrida sur les échanges de correspondance et les rapports établis au retour de ses missions d'enseignement à l'étranger, sont rassemblés dans cette rubrique des dossiers en lien avec ses cours et conférences données à l'étranger. Cette série est organisée par pays d'accueil. Ces dossiers comportent bien souvent des lettres de Jacques Derrida ou des rapports de mission, des lettres du Ministère des affaires étrangères ou des organismes d'accueil.

Les Rendez-vous de Paris

 

Long métrage composé de trois courts métrages : Les Bancs, Mère et enfant 1907, Le Rendez-vous de sept heures.

L'alphabet illustré

 

De son côté, l'alphabet illustré se développe sous de nouvelles formes permettant à l'enfant de s'emparer de l'album pour le manipuler.

Paroles de France

 

Paroles de France est une émission enregistrée pour le compte de l'Alliance française, avec la participation de Marie-Madeleine Gautier et Roger Gouze à partir de 1949. Elle ressemble beaucoup à Plaisir des lettres, mais un seul sujet est traité par émission, avec un moindre lien à l'actualité des parutions littéraires, avant de traiter essentiellement de musique. Chaque dossier contient les textes dactylographiés des chroniques.

ABC d'art

 

On ne s'étonnera pas qu'au XXe siècle, le livre d'artiste vienne à investir l'abécédaire, ce premier livre de l'enfant& Un enfant que les Romantiques ont consacré « génie créateur ».

Matériel de papeterie de la fonderie

 

Les éléments contenus dans les dossiers correspondent aux justificatifs du matériel de papeterie développé : lettres à en-tête, enveloppe, factures, cartes de visite et cartes de commerces, lettres de change.

Plaisir des lettres - Les Joies de l'esprit

 

Plaisir des lettres est une émission hebdomadaire de critique littéraire et théâtrale, d'une durée de 40 minutes, enregistrée à partir de juin 1948 pour les ondes de Radio-Tunis, puis pour le compte de la Radiotélévision française (RTF) et de l'Office de radiodiffusion-télévision française (ORTF), à destination de l'outre-mer. Jusqu'en 1949, elle a porté le titre France, mère des lettres et des arts.

Chaque émission se présente comme un dialogue (avec Marie-Madeleine Gautier, Blaise Saint-Denis, puis Marguerite Gisclon, Morvan Lebesque, Paul-Louis Mignon...) autour :

d'une actualité littéraire (dernière parution d'un auteur),d'une actualité théâtrale (les pièces à voir),d'un sujet littéraire général

et présente également un entretien de Max-Pol Fouchet avec un écrivain. Les textes de ces entretiens ne sont pas présents (de 1948 à 1951) dans les dossiers d'émissions, seulement les questions posées.

À partir du 31 octobre 1950, s'ajoute une nouvelle chronique assurée par Marcel Brion : Plaisir des arts, pour présenter une actualité liée aux arts plastiques (expositions, parutions).

À partir du 12 juin 1951, s'ajoute une chronique sur les ouvrages scientifiques : Plaisir de la science, présentée par Fernand Lot.

Le 30 décembre 1952, l'émission prend pour titre Les Joies de l'esprit, pour marquer l'évolution de l'émission qui accueille d'autres disciplines que la littérature : l'ethnologie, l'architecture, une chronique des disques. L'émission reprend son titre de Plaisir des lettres en 1955 (alternance des titres pendant l'année). Malgré ces changements, l'émission est considérée comme une continuité : « Voici quel sera le sommaire de notre 274è émission », « 288è... ». Sa durée passe à 30 minutes à partir de 1960 et elle devient bi-mensuelle.

Domi-Dominique

 

Projet de comédie musicale, initié par "L.D." [Liliane Dreyfus], pour lequel Éric Rohmer a écrit quelques dialogues et des paroles de chansons

Correspondance

 

Il s'agit de la correspondance générale tenue par Jean-Claude Zylberstein pour son activité d'éditeur ou d'avocat en tant que conseiller littéraire et directeur de collection. La chronologie non exhaustive présentée ci-dessous par l'archiviste vise à indiquer le repérage des maisons d'éditions pour lesquelles J.-C. Zylberstein exerçait :

 

1972 - Librairie Générale Française1

1973-1977 - Éditions Champ Libre / conseiller littéraire

        - « Chute libre », collection créée en 1974, arrêtée en 1978, dont Jean-Claude Lattès était le directeur de collection

1975 - Julliard

1980-[2006] - Éditions 10/182 (Groupe des Presses de la Cité) / Laffont3 / conseiller littéraire

        - Directeur de collection : « Domaine étranger » (à partir de 1980) ; « Grands détectives » (à partir de 1983)

        - Directeur éditorial UGE Poche

        - Directeur littéraire4

2007 (fin)-[2013] - Éditions Tallandier

        - Directeur de collection : « Texto »

2010 (sept.) - Éditions Les Belles Lettres

        - Directeur de collection : « Le goût des idées »

2012 (automne) - J Éditions

        - Directeur de collection : « Bibliothèque policière »

 

1 La correspondance est identifiée dans la série concernant la collection « Grands détectives »

2 Le titre de directeur littéraire de collection chez 10/18 est mentionné dans la correspondance à partir de 2006 ainsi que pour les enseignes éditoriales de La Découverte et Univers Poche

3 correspondance de 1998 et 1999

4 En 1991 Christian Bourgois quitte 10/18, la direction est confiée à Leonello Brandolini et la direction littéraire à Jean-Claude Zylberstein

Œuvre typographique. Fonderie Olive.

 

Présente les différents caractères de façon chronologique, de leur développement à leur promotion. Roger Excoffon dessinera le Banville entre 1940 et 1945 (date inconnue). conseiller artistique de la Fonderie Olive, à Marseille, pour qui il réalise les caractères typographiques qui marquent la typographie française des années 1950 et années 1960. Gérard Blanchard, François Ganeau et José Mendoza - le plus célèbre des assistants d'Excoffon qui a débuté sur la  fonte Diane, ont travaillé pour lui, notamment dans le cadre de création de caractères de la Fonderie Olive.

Les catalogues de caractères ou/et spécimens généraux répertoriés présentent les caractères créés et développés par la fonderie. Une autre partie permet de mettre en avant les spécimens pour chaque caractère ainsi que les annonces publicitaires autour du produit souvent parues dans des revues techniques. Un dossier intitulé Fausses annonces publicitaires« Roger Excoffon, avec l'aide de ses collaborateurs, apportait un soin extrême à la confection de ses catalogues de caractères, qu'il remplissait de fausses annonces publicitaires afin de démontrer preuve à lappui la pertinence du choix de ses alphabets à des fins commerciales » - extrait deRoger Excoffon le gentleman de la typographie de David Rault, Atelier Perrousseaux, 2011. Ces annonces sont aussi présentes dans certain spécimen par caractère.

Textes reçus

 

Les textes rassemblés ici proviennent à la fois d'étudiants de Jacques Derrida ou de collègues et amis. La plupart de ces textes se rapportent au travail de Jacques Derrida.

Classement par ordre alphabétique des noms d'auteurs.

Dossiers documentaires

 

Ensemble de dossiers contenant des copies d'articles de revues spécialisées en droit juridique, des arrêts, des procès-verbaux et des jugements d'affaires juridiques.

Terre des arts

 

Série de documentaires sur l'art écrite, produite et présentée par Max-Pol Fouchet, diffusée le dimanche en deuxième partie de soirée entre 1959 et 1971 et d'une durée variable (de 20 minutes à 1 heure). 

Voyages

 

Photos prises lors de ses déplacements professionnels à l'étranger.

Montréal (1971) ; Cotonou (1976) ; Prague (1982) ; Japon (1983) ; Montevideo et Buenos Aires (1985) ; Jérusalem (1986).

,

Moscou (1990) ; Murcia (1990) ; Prague (1991) ; Islande (1993) ; Oslo (1994) ; Grèce (1997) ; Afrique du Sud (1998) ; New-York pour La Contre-allée (1998) ; Baltimore (1998) ; Melbourne (1999) ; Nouvelle-Zélande (1999) ; Helsinki (2000) ; Italie (2001).

,

Chine (2001).

Création télévisée

 

Sauf précision, tous les dossiers contiennent les textes, manuscrits ou dactylographiés des chroniques.

Festival d'Aix-en-Provence

 

Entre 1959 et 1971, Max-Pol Fouchet assure la présentation en direct des concerts du festival d'Aix-en-Provence diffusés à la télévision.

Air France

 

Roger Excoffon sera directeur artistique de Air France pendant une quinzaine d'années : « le vendredi 23 mai 1958, vers midi, alors qu'il travaille sur les prémices du Nord, Excoffon demande à son collaborateur de lui composer les mots Air France avec le nouveau caractère Nord en vue d'un rendez-vous chez son client dans l'après-midi. José Mendoza se met au travail, 45 minutes plus tard, il a terminé. Excoffon emporte le projet, et le présente aux dirigeants d'Air France qui l'acceptent aussitôt. Ce logo restera inchangé pendant plus de 50 ans. En 1968, Roger Excoffon proposera un projet de refonte de ce logo,mais celui-ci restera dans ses cartons... » (sources : Roger Excoffon, « coup de Mistral », https://www.grapheine.com/divers/roger-excoffon).

Les études pour les affiches, les visuels de plaquette, les déclinaisons pour autres médias dont les campagnes de presse, ses recherches pour la modernisation de l'ancien logo Air France ... sont répertoriées.

/medias/customer_166/MEDIAS_INTERNET/x_expos/EXP_ABC/LTD659_77_02_001_jpg_/0_0.jpg
1 média

[Aaabc], Wernigerode, Carl Samuel Struck, 1787

1787  

Cet abécédaire allemand dispose, après une page d'alphabet synoptique, d'un remarquable petit dictionnaire illustré, servant de support au repérage phonographique de la lettre étudiée (qui initie ici les mots représentés).

/medias/customer_166/MEDIAS_INTERNET/x_expos/EXP_ABC/LTD659_74_03_001_jpg_/0_0.jpg
1 média

L'arbre de Noël/ Gustave Jundt, planches originales utilisant le procédé Gillot, s.l., s.d. [v.1872]

1872  

Ce projet de Gustave Jundt, artiste alsacien, fut réalisé en même temps que son tableau L'Arbre de Noël. Exposée au Salon de Paris de 1872, cette toile fut retirée par mesure administrative, le sujet étant trop sensible. Le sapin de Noël est en effet une tradition alsacienne qui ne se répandit dans l'Hexagone qu'après 1870, lorsque les Alsaciens voulant rester français s'installèrent dans d'autres provinces.

Gustave Jundt expérimente ici le procédé de phototypogravure de Charles Gillot, breveté en 1872. Le dessin du sapin, ainsi reproduit, sert de fond pour chaque lettre illustrée. L'artiste n'a plus qu'à y ajouter les objets dont le nom débute par la lettre étudiée, avant de photypograver une nouvelle fois l'ensemble.

La « Croix Depardieu »

 

La multiplication des ordres enseignants au cours des XVIe et XVIIe siècles jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, permet à l'État royal de faire appel à ces congrégations pour assurer l'instruction des sujets du royaume. La « Croix Depardieu » s'est ainsi perpétuée, n'innovant que par le développement du syllabaire (table, mots et textes syllabés), le recours à des caractères de taille décroissante et l'usage dominant du français sur le latin. L'illustration, quand elle existe, se cantonne au frontispice. La récitation reste de mise.